Newsletter – June 15, 2016
Become a Member of JSpaceCanada
Help us stand up against those who deny Israel's right to exist and spread lies and misinformation about Israel. Help us stand up as well against policies that will only lead to perpetual conflict. 
 
Register Here
Devenez membre de JSpaceCanada
Aidez nous  à combattre ceux qui nient à Israël le droit d’exister et qui pratiquent la désinformation à son endroit. Aidez nous également à combatte les politiques qui, de parts et d’autres, ne font qu’alimenter et perpétuer le conflit.
 
S’inscrire ici

The launch of JSpaceCanada’s new French section

by Bernard Bohbot

Dear friends,

June 14, 2016 — It is with great pleasure that we announce the launch of JSpaceCanada’s new French section. Its activities will include bilingual events in order to reflect the linguistic and cultural diversity of the Jewish community in Canada.

JSpaceCanada offers a platform for those who care about Israel but are worried about the Netanyahu government’s suicidal policies to exchange, debate and learn more about the different possibilities that can be envisioned for peace in Israel.

JSpaceCanada is a Jewish organization that is both progressive and Zionist. It firmly defends Israel’s right to exist while at the same time ensuring equal rights for all Israeli citizens regardless of their ethnic or religious background. We defend the self-determination rights of both the Jews and the Palestinians, who are entitled to a viable state alongside a prosperous and secure Israel.

We oppose the settlement activities in the West Bank which make it increasingly difficult to reach this goal. We also reject the BDS — boycott, divestment, sanctions movement, not only because it calls for the destruction of Israel but also because it places the whole blame for the stalemate on Israel, which is totally disingenuous.

Nevertheless, we believe that Israel cannot shy away from its responsibility for the absence of peace, especially through the expansion of the Jewish settlements in the West Bank.

In a nutshell, JSpaceCanada aims to offer a moderate voice and a safe palce for conversation. In fact, we believe that it’s possible to be both pro-Zionists and pro-Palestinian.

Compared to other groups that identify with the Israeli peace movement, JSpaceCanada’s unique characteristic lies in its inclusiveness, transcending traditional political affiliations.

We invite our friends in Quebec to join JSpaceCanada and take part in our conversation. Your voice is important! Only by getting actively involved in our discussions can we build solid grassroots support for peace.

Bernard Bohbot is a history student at the University of Quebec in Montreal. He is writing his thesis on the rupture between the left and the Jews.

La naissance d’une aile francophone de JSpaceCanada

par Bernard Bohbot

Cher ami(e)

14 juin 2016 — Si nous nous adressons à vous, c’est parce que nous avons le grand plaisir d’annoncer la naissance d’une aile montréalaise – et francophone – de JSpaceCanada, qui a pour but d’offrir aux Québécois, une tribune permettant à tous ceux et celles qui ont le bien-être d’Israël à cœur, mais qui s’inquiètent des politiques suicidaires du gouvernement Netanyahu, d’échanger, de débattre et de s’informer des différentes possibilités qui s’offrent au camp de la paix israélien. Si tout va comme prévu, dès l’automne prochain, nous serons en mesure d’organiser nos premières réunions en sol québécois, et plusieurs se dérouleront en français.

JSpaceCanada est une organisation juive, sioniste et progressiste qui défend fermement l’existence de l’État d’Israël en tant qu’incarnation du droit à l’autodétermination du peuple juif, tout en insistant sur la nécessité de sa part, de garantir les mêmes droits à tous les citoyens du pays peu importe leurs origines. Crée à Toronto, en 2010, par des gens provenant de différents horizons qui ont à cœur le bien-être d’Israël, nous défendons à la fois le droit à l’autodétermination du peuple juif ainsi que celui des Palestiniens qui ont, eux aussi, droit à un État viable et indépendant aux côtés d’Israël.

Bien évidemment, nous jugeons que la colonisation israélienne, qui amoindrit les chances de pouvoir créer un État palestinien viable, est un sérieux obstacle à la paix. Cependant, nous insistons également pour nous désolidariser de la campagne de boycott d'Israel, mieux connue sous le nom de "BDS'' (boycott, désinvestissement, sanctions), qui non seulement vise la destruction d’Israël, mais qui insiste également pour blâmer uniquement ce pays pour l’impasse actuelle, sans jamais pointer du doigt les groupes islamistes palestiniens.

Pourtant, il faut être de mauvaise foi pour ignorer le fait que les extrémistes palestiniens (le Hamas en tête), ont détruit le camp de la paix israélien -- en persuadant l’opinion publique israélienne que tout compromis territorial mettrait leur sécurité en péril. Bref, nous nous présentons comme une rare voix de modération entre la gauche radicale pro-palestinienne et la droite radicale pro-israélienne. Nous pensons, au contraire, qu’il est possible d’être les deux à la fois : « sionistes et pro-palestiniens ».

La particularité de JSpace par rapport aux autres formations se réclamant du camp de la paix israélien, est sa dimension inclusive qui transcende les différentes allégeances politiques. Au contraire, de par notre structure « verticale », nous invitons la population, en particulier ceux qui s’inquiètent de la trajectoire suicidaire du gouvernement israélien qui met en péril la pérennité du projet sioniste, mais qui ne sont affiliés à aucune organisation en particulier, à prendre activement part à nos délibérations car c’est uniquement en convaincant l’opinion publique que nous pourrons paver le chemin menant vers la paix. C’est la raison pour laquelle nous faisons personnellement appel à vous pour participer à la discussion.

Bernard Bohbot est un étudiant en histoire à l'Université du Québec à Montréal. Il écrit son mémoire sur la rupture entre la gauche et les Juifs.

Why is the international community not moved by the Tel Aviv attack?

by Bernard Bohbot

June 14, 2016 — In the latest escalation of violence and terrorism, two Palestinians opened fire on Israelis who sat at the terrace of the Max Brenner coffee shop at the Sarona Market in Tel Aviv. There were four casualties -- Michael Feige, 58 years old; Ido Ben Ari, 42; Ilana Naveh, 39; and Mila Mishayev, 32. Sixteen others were wounded, three critically. The two terrorists, originally from the village of Yatta in the West Bank, were put under arrest.

This is not the first tragedy to strike Israel. However, one can’t help but wonder why the emotion caused by the Paris and the Brussels attacks, a few months ago was totally absent in Tel Aviv, despite the similarity of these attacks. The purpose of this article is not to complain about that, but one can’t ignore this reality.

Terrorism as the weapon of the weak…

One possibility is that the international community has gotten used to hear about attacks perpetrated in Israel, whereas in Paris or Brussels, terrorism is still relatively unusual.

However, there could be another explanation. To the eyes of many, Israel is the main culprit for Palestinian terrorism. They believe that terrorism is merely an answer to the Israeli occupation. And since the Palestinians possess no army, they have no other recourse but terrorism to resist the Israeli occupation. This might be why there seems to be less compassion for Israeli victims.

Even the mayor of Tel Aviv, Ron Huldai, established a direct link between the occupation and terrorism: “We can’t keep these people in a reality in which they are occupied and [expect] them to reach the conclusion that everything is all right and that they can continue living this way”. Unfortunately, Huldai is right to believe that it is unrealistic to expect terrorism to disappear while Israel keeps ruling another people without granting them civil rights.

Israelis don’t support the idea of a Greater Israel, but they don’t trust the Palestinians…

Despite Huldai’s courageous stance, he seems to forget that the end of the occupation will probably not spell the end of terrorism. Quite the contrary. If Israel pulls out of the West Bank, Hamas (whose goal remains the destruction of Israel), would probably not hesitate to use the territory as a launch pad to fire rockets on Israel as happened after Israel withdrew from the Gaza strip in 2005.

This is why despite the fact that most opinion polls show that a majority of Israelis are willing to relinquish more than 97% of the West Bank in the framework of a peace agreement, they keep electing right-wing governments. They just don’t trust the Palestinians.

To be honest, it is difficult to deny the legitimacy of this opinion. Since 1992, Israelis have elected three governments committed to a peace agreement based on a two-state solution along something very close to the 1967 border. As long as Hamas will continue to call for the destruction of Israel, it is very unlikely that the Israeli peace camp will be brought back to power.

An occupation without settlements would transfer the burden of proof on Hamas…

However, as long as settlement activities in the West Bank will go on, it will be impossible for the international community (especially Western public opinion), to understand the fears and the predicament of the Israeli society. To the eyes of the international community, because of settlement activities in the West Bank, the Israeli occupation is seen as offensive rather than defensive. As the occupying power, the international community believes that Israel has more obligations than the Palestinians. One of them is not to acquire land by force, which is a violation of the 4th Geneva Convention.

Maybe the solution for Israel is to follow the advice of the Atid Kakhol Lavan (Blue and White Future) movement, which calls upon Israel to dismantle the settlements located in the midst of the West Bank. (The settlement blocs located along the Israeli border will probably remain part of Israel in the framework of a mutual land swap,)

If Israel decides to turn the West Bank into a bargaining chip that will be given back as soon as Hamas recognizes Israel it transfers the burden of proof on Hamas. It may prompt the international community to exert enough pressure on Hamas to rescind its genocidal charter and recognize the state of Israel. In any event, this scenario cannot be worse than the status quo

Bernard Bohbot is a history student at the University of Quebec in Montreal. He is writing his thesis on the rupture between the left and the Jews.

Pourquoi l’attentat de Tel Aviv n’émeut pas la communauté internationale ?

par Bernard Bohbot

14 juin 2016 — Jeudi soir dernier, deux Palestiniens ont ouvert le feu sur des Israéliens attablés à la terrasse de la chocolaterie Max Brenner, au marché de Sarona, à Tel Aviv. On dénombre quatre victimes (Michael Feige, 58 ans ; Ido Ben Ari, 42 ans ; Ilana Naveh, 39 ans ; et Mila Mishayev 32 ans). Seize autres personnes ont aussi été atteintes par balles, dont trois sont dans un état grave. Les deux assaillants, originaires du village de Yatta, en Cisjordanie, ont été mis aux arrêts. Cette tragédie n’est pas la première qui frappe Israël, mais une question s’impose ; pourquoi la vague de solidarité et l’émotion suscitée par les attentats de Paris en novembre dernier ou de Bruxelles, au mois de mars, ne se sont pas manifestées envers les victimes israéliennes d’une attaque pourtant analogue ?

Le terrorisme comme arme du pauvre…

Il ne s’agit pas ici de dénoncer cela, mais simplement d’énoncer un état de fait. Différentes réponses à cette interrogation sont envisageables. Une hypothèse possible est que la communauté internationale a pris l’habitude d’entendre parler d’attentats en Israël, alors qu’à Paris ou Bruxelles, c’est un fait rarissime. Ainsi, les attentats contre Israël s’inscriraient dans une suite tragique (mais logique) du cycle de la violence qu frappe cette région. Cette explication est rassurante, mais il y en a une autre qui est beaucoup plus plausible. Beaucoup d’occidentaux pensent plutôt qu’Israël est lui-même responsable de ces attentats, et que le terrorisme palestinien n’est qu’une réponse à l’occupation israélienne. Évidemment, ceux qui tiennent ce discours ne sanctionnent pas nécessairement ces attentats, mais ils voient à travers le terrorisme, l’arme du faible qui ne possède pas d’armée digne de ce nom lui permettant de se battre à la loyale. Voilà pourquoi, il n’existe que si peu de compassion pour les victimes israéliennes du terrorisme.

Le maire de Tel Aviv, Ron Huldai, a lui-même établi un lien direct entre ces attentats et l’occupation des territoires palestiniens : « Vous ne pouvez pas continuer à maintenir des personnes dans un état d’occupation et penser qu’ils seront convaincus que tout va bien». Malheureusement, Ron Huldai dit vrai. S’imaginer que le terrorisme peut disparaitre alors qu’Israël occupe un autre peuple et ne lui accorde aucun droit civil est illusoire.

Les Israéliens n’appuient pas l’idée du Grand Israël, mais ils refusent de faire confiance aux Palestiniens…

Cependant, Huldai semble oublier que la fin de l’occupation ne signifierait probablement pas la fin du terrorisme. Au contraire, si Israël se retirait de Cisjordanie, le Hamas (dont le but est la destruction d’Israël), risquerait fort de faire avec ce territoire, ce qu'il a fait suite au retrait de Gaza en 2005, c’est-à-dire, d’inonder Israël de roquettes.

C’est pour cela d’ailleurs que même si d’après la plupart des sondages d’opinions, une majorité d’Israéliens se disent prêts à restituer la quasi-totalité de la Cisjordanie dans le cadre d’un accord de paix, ceux-ci continuent de voter à droite. Ils ne font tout simplement pas confiance aux Palestiniens.

Franchement, on ne peut pas trop le leur reprocher. Depuis 1992, Israël a été gouverné par trois gouvernements qui s’étaient engagés à négocier le retrait des territoires palestiniens et cela n’a pas empêché le Hamas de multiplier les attentats contre les civils israéliens. Et tant que le Hamas continuera de réclamer la destruction d’Israël, l'espoir de voir le camp de la paix revenir au pouvoir en Israël restera illusoire.

Une occupation sans colonisation transfèrerait toutefois le fardeau de la preuve sur le dos du Hamas…

Néanmoins, tant et aussi longtemps qu’Israël poursuivra la colonisation des territoires palestiniens, il sera impossible pour la communauté internationale (l’opinion publique occidentale en particulier), de comprendre les craintes et les angoisses de sa population. En raison de la colonisation israélienne, aux yeux de la communauté internationale, l’occupation de la Cisjordanie n’est pas défensive mais bien offensive (et irrédentiste). Selon cette logique, à titre de puissance occupante, Israël a des devoirs supérieurs à ceux des Palestiniens. L’une de ces obligations est de ne pas s’approprier de territoire par la force, ce qui contrevient aux quatrièmes conventions de Genève.

Ainsi, peut-être que si Israël décidait de suivre la recommandation du mouvement Atid Kakhol Lavan, (Futur bleu et blanc), mouvement qui prône le démantèlement des colonies juives de Cisjordanie sans toutefois y retirer l’armée tant et aussi longtemps qu’un accord de paix n’aura pas été signé, il serait possible de renverser le fardeau de la preuve.

Si les Israéliens décidaient de démanteler les colonies juives situées profondément en territoire palestinien (celles qui sont situées le long de la frontière israélienne devraient pouvoir être annexées dans le cadre d’un échange de territoires avec les Palestiniens), et s’ils décidaient de conditionner le retrait de l’armée israélienne de Cisjordanie à la reconnaissance d’Israël par le Hamas, les regards se tourneraient alors vers cette organisation qui serait logiquement vue comme le seul véritable obstacle à la conclusion d'un accord de paix. Qui sait, cela permettrait peut-être à la communauté internationale de faire suffisamment pression sur le Hamas pour qu’il finisse enfin par renoncer à la destruction d’Israël? En tous les cas, ce scénario ne peut pas être pire que le statu quo.

Bernard Bohbot est un étudiant en histoire à l'Université du Québec à Montréal. Il écrit son mémoire sur la rupture entre la gauche et les Juifs.

Hand in Hand on TVO's The Agenda
Rebecca Bardach and Mohamad Marzouk, directors of the Hand in Hand Center for Jewish-Arab Education, appeared on TVO's The Agenda on June 9. Host Steve Paiken talked to them about their efforts to bridge the cultural divide between the Israeli Arab and Jewish communities. Hand in Hand's appearances in Canada were co-sponsored by JSpaceCanada.
Watch the interview on The Agenda